Calcaire au jour le jour

18 janvier 2018

kansas

 

 

Screenshot from 2018-01-18 16_26_57

 

Affable Calcaire

 

 

Posté par affablecalcaire à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 janvier 2018

patois poitevin 8

 

Tu baves et tu dis qu'o mouille: tu baves et tu dis qu'il pleut.

 

On dit cela pour mettre un terme à une discussion avec une personne qui se met à dire n'importe quoi.

 

Attention. Je soupçonne très fortement que cette expression révèle la présence, dans le milieu poitevin, de philosophes initiés de plus haut niveau.

Il y a, à l'évidence, une référence à ce que j'ai appelé "l'expérience fondamentale".

 

Affable Calcaire

 

 

Posté par affablecalcaire à 23:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2017

miserere 02

 

Mon projet était de faire une analyse grammaticale complète du psaume. Mais j'abandonne. Les mots sont trop forts. Voici ce qui m'est venu à l'esprit à propos du mot "misericordiam" :

C'est comme si vous étiez au dernier étage d'un gratte-ciel. Vous ouvrez une porte en pensant qu'il s'agit d'un réduit avec des balais et des serpillères. Surprise. La porte donne sur le vide extérieur, un vide éblouissant qui risque de vous aspirer.

Il faudrait expliquer aux intervenants, dans les médias, qui ont une haute idée de leur culture, que le christianisme ne se réduit pas au dilemme "capote ou pas capote".

That is the question.

 

 

Affable Calcaire

 

 

Posté par affablecalcaire à 21:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2017

Analogie

 

Jacqueline_par_picasso_1954-700         Hilary_Hahn-700

 

Affable Calcaire

 

Posté par affablecalcaire à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 décembre 2017

miserere 01

 

Dans certaines grammaires, dans certains dictionnaires, on qualifie le latin d'église de décadent. Ça me fait mal quand je lis ça. César a peut-être eu des tournures élégantes pour raconter qu'il avait tué quantité de gaulois, Virgile a peut-être eu une versification subtile pour raconter des histoires à dormir debout, Ciceron a fait avec zèle son métier de tribun dans une société où l'assassinat tenait lieu d'argument. Dans le latin d'église, je vois, moi, une langue céleste, avant tout à cause de ce qu'elle dit.

Le numéro du psaume.

Dans les bibles anciennes, il porte le numéro 50. Dans la nouvelle numérotation, où le psaume 9 est coupé en deux, il porte le numéro 51.

versets 1 et 2

Ces versets donnent les circonstances dans lesquelles le psaume a été écrit. Ils ne font pas partie du texte du psaume. Dans les oeuvres musicales auxquelles le psaume a donné lieu, ils sont omis. En outre ce type de renseignement, qu'on trouve souvent en tête des psaumes, est de nature conventionnelle tout comme l'attribution des psaumes à la main de David.

verset 3

miserere: c'est un impératif, deuxième personne du singulier; tout le monde s'accorde pour dire que le sens est "aie pitié"; on parle à Dieu, on n'y va pas par quatre chemins.  L'ennui, en ce qui concerne la grammaire, est qu'on est un peu gêné pour savoir de quel verbe il s'agit; on a misereo (2ème conjugaison) dont l'infinitif est justement miserere mais alors là l'impératif serait misere sans le deuxième "re"; on a aussi misereor, déponent qui a exactement le même sens mais la forme passive (le débutant en latin doit vite s'habituer à ces verbes qui ont une forme passive mais un sens actif); là l'impératif est bien miserere.

mei: pronom "moi"; nouvelle gêne; c'est un génitif; on attendrait plutôt un accusatif (complément d'objet) ou un datif ("pour moi"); mais Saint Jérôme, à qui on doit la bible latine, pensait génitif.

Deus: "Dieu"; il y a bien un vocatif à deus, à savoir dee mais il n'est jamais utilisé dans la bible latine.

 

Affable calcaire.

 

 

 

Posté par affablecalcaire à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 décembre 2017

maintenant silence

 

1963 Edith Piaf, maintenant silence

1970 Luis Mariano, maintenant silence

1972 Maurice Chevalier, maintenant silence

1978 mars, Claude François, maintenant silence

1978 octobre, Jacques Brel, maintenant silence

1981 Georges Brassens, maintenant silence

1983 Tino Rossi, maintenant silence

1987 Dalida, maintenant silence

2001 février, Charles Trenet, maintenant silence

2001 décembre, Gilbert Bécaud, maintenant silence

2017 Johnny Hallyday, maintenant silence

 

Choix sommaire et très subjectif, évidemment.

 

Affable Calcaire

 

 

Posté par affablecalcaire à 06:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2017

Kansas

 

 

Screenshot from 2017-11-07 02_33_50

 

Affable Calcaire

Posté par affablecalcaire à 02:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2017

patois poitevin 7

 

Personne ne parle de maïs, on parle de garouille. Le garouille n'est d'ailleurs pas utilisé pour l'alimentation des personnes comme aujourd'hui mais uniquement pour l'alimentation des animaux, en particulier pour gouger les oies c'est-à-dire leur remplir l'estomac de force avec une sorte d'entonnoir qu'on leur enfonce dans le gosier.

Le trouille est un objet qui sert dans le filage de la laine. Pour le mettre en oeuvre, il faut le déplier et il a la réputation de se coincer lorsqu'on n'a pas l'habitude de la manoeuvre de dépliage. D'où l'expression "il est nattre comme un trouille déviré" c'est-à-dire "il est têtu comme un trouille coincé qu'on s'efforce sans succès de décoincer".

Personne ne parle de lucarne, on parle de boulite. D'où le verbe "bouliter" qui signifie "regarder furtivement par quelque petite ouverture sans se faire voir".

 

Affable calcaire.

Posté par affablecalcaire à 06:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 octobre 2017

Doctor Angelicus 41

 

Thomas' works first fifth is constituted of his comments on Petrus Lombardus' Sententiarum Libri IV (Four books of Sentences). The Thomas' comments are somewhat a school work since to make comments on P. Lombarus' work was proposed to all students in theology.

This is why the minimum, in order to understand what Thomas deals with, is to, first, understand what P. Lombardus deals with. Moreover, the Sententiarum Libri IV is considered as a Summa like the Summa of Thomas; writing a Summa was an usual job for theologians of that time.

So, I decided to begin to include, in my Church Latin Helper System database, the Sententiarum Libri IV. The unit 20 will be constituted of the Prologus, written by P. Lombard to his work, followed by distinctions (chapters) 1 to 3 of book 1.

I join to this post the text of this unit 20. This text is not in its final shape; my attention was mainly carried onto the booklet which acompanies the unit 20. I join also this booklet to this post. This booklet is a lexicon adapted to the text of unit 20: all words in colour "purple3" in the unit appear in the booklet. The explanations necessary to read the lexicon are printed at the end of the booklet.

article_copy

article_booklet

As long as I did an analytical study of texts, codifying latin grammar to make latin text enter computer files, it was almost not necessary to pay great attention to meanings; having a good experience in logic and structures was enough. Paying attention to meanings, finding equivalences in french or english is, as french people say, "another pair of sleeves" (1). I am not sure that my lexicon does not contain mistranslations; I am sure that there are many imperfections. I used thoroughly the translation into french of P. Lombardus found in

http://magistersententiarum.com/

and this was a great help.

 (1) On trouvera peut-être que ce ton est déplacé; c'est volontairement que j'en use. Il y a trop de gens qui pensent que les mots ont un sens magique par eux-mêmes. Il faut réveiller ces gens. Derrière les mots, il y a une personne qui pense et qui veut traduire ce qu'elle pense à l'aide de son bagage culturel. L'objectif, c'est atteindre cette pensée, la comprendre en tâchant de se mettre à la place et dans l'esprit de l'auteur. Je présume qu'il y a un peu partout des logiciels de traduction automatique très performants donnant des traductions d'excellente qualité. L'ennui, c'est que le texte obtenu, tout joli qu'il est, risque d'être loin de refléter la pensée de l'auteur et en tout cas ne donne aucune certitude à ce sujet.

 

 

Affable Calcaire

 

Posté par affablecalcaire à 04:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 septembre 2017

Les squatters de la République

 

L'homme portait un costume étriqué avec une cravate pas très bien nouée.

Le directeur de la banque le reçut avec toute l'amabilité dont il était capable. Le gouvernement socialiste ne plaisantait pas.

-- Je constate, dit l'homme, que le taux d'occupation voisine les 20 pour cent; c'est très insuffisant. Avez-vous une explication?

Le directeur avait prévu le coup. Et sortit son argument massue.

-- J'ai des services de renseignement très performants. Je pourrais vous donner la liste de tous les hébergeants qui paient les squatters pour venir loger dans leur squat-loi-2044 de telle manière que les services de votre ministère ne soient pas alertés. En ce qui me concerne, le squat est parfaitement aux normes.

-- Je compte bien le vérifier. Quant à votre liste, vous savez bien qu'elle n'a aucune valeur. Voulez-vous m'accompagner?

Le squat-loi-2044 se situait dans le grand hall de la banque, perché sur un mur à 3 mètres de hauteur (obligatoire) ; il avait un escalier rétractable (obligatoire) ; des toilettes autonettoyantes (obligatoires) ; un réchaud électrique, une couchette de deux mètres sur 90 centimètres (obligatoire, obligatoire, obligatoire,...) et il ne manquait pas un centimètre aux dimensions.

Le fonctionnaire était perplexe. Après réflexion:

-- Je me demande si ce ne sont pas les marbres et les lettres d'or vantant votre activité qui rebutent les sans-abri.

Le directeur restait silencieux, sûr d'être parfaitement "clean". Le fonctionnaire:

-- Ecoutez, je dois faire un rapport. Je ne serais pas surpris qu'à sa suite de nouvelles normes soient édictées. Nous nous reverrons certainement. Je vous salue bien monsieur le directeur.

-- Je vous salue bien monsieur Portunoux, au plaisir.

Tandis que le fonctionnaire s'éloignait, le directeur fut assailli par une idée qu'il trouva géniale. Si on installait une porte secrète dans le squat, une porte qui donnerait sur un petit local; ce serait l'endroit rêvé pour stocker tous ces documents gênants portant sur les affaires douteuses. Personne n'aurait l'idée de les chercher là.

 

Affable Calcaire

 

 

Posté par affablecalcaire à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]